Académie Renmei


Bonjour, au cas ou tu n'aurais pas remarqué, CE FORUM EST MORT, DEAD. J'ai aimé tout les moment passé dessus, vous aller tous me manquer! Adios Bichachos !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je t'aime » par milliers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: « Je t'aime » par milliers.   Mar 24 Avr - 0:08



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Je ne sais vraiment pas quoi inventer, moi alors ... Bah le mal est fait. Quel mal ? Le mal d'avoir demander d'aller dans la chambre de son... si je puis-je dire amoureux. Surtout la façon dîtes avait des sous entendus... Comme excuse c'était le fait qu'il soit mouiller par la pluie. Bon c'est pas vraiment une excuse, parce que s'il s'enrhume, je m'en voudrais à mort. Mais des pensées plus que tordues me tourmentes les circuits... Bon je confirme, que je suis une ... petite perverse, mais ce n'est pas comme si je vais le faire là, oh non ! Hors de question de le faire, ça sera beaucoup trop vite et c'est bien connue plus la relations va trop vite, plus la rupture approche. Mais où est-ce que je lis tout ça moi !? J'ai vraiment l'air débile de penser tout cela. Je pari même que je suis seule à penser cela. Quel maturité, je fais... Mais qu'est ce que je pense !? Ah votre avis pourquoi je suis autant rouge souche avec les pensées que je suis !? Je demande juste une chose là, maintenant tout de suite, que je change mon caractère ! Bon Lelouch apprécierait-il cet idée soudaine ? Non je ne penses pas, il me veut tel que je suis et j'en suis heureuse qu'il me dise cela. Bon alors quel est sa réponse à cette idée tordue et en plus soudaine.

« Oui... Si tu veux... J'ai mis exprès le radiateur vu qu'il ne fait pas super chaud... » dit il d'un sourire tendre presque à fondre.

Et nous étions partis pour les dortoirs ! Marchant tranquillement main dans la main, quel bonheur ~ A l'extérieur de moi c'est vrai, mais qu'en est-il de mon intérieur ?
... Oui... OUI !? Alléluia ! Hep, hep pourquoi je suis heureuse !? Et pourquoi il finit sa phrase avec un radiateur !? Ah oui... sécher... mais alors qu'est ce que je pensais si ce n'était pas pour cela ? ... oula... quel impureté je fais ! Mais qu'est ce que je pensais moi !? Mais qu'est-ce que je pensais !? Bon quel tête j'ai d'abord ? Oui... je suis rouge... Ah ! Je panique pourquoi moi ? C'est moi qui a eu l'idée non ? Allez Gumi ! Assume ! Assume ! Mais... je me demande bien à quoi il pense .... ?

« Tu sais Gumi... Je t'aime énormément... J'aimerais passer plus de temps avec toi.. A...Alors est-ce que... Tu accepterais de dormir avec moi ce soir ? Oh... Bien sûr n'y voit pas d'invitation douteuse... Juste... Toi et moi... Comme à l'hôtel... »

Suite à ses paroles soudaine, ma tête tournait à 90 degrés, mes yeux le fixant, le visage rouge et lui toujours avec ce sourire tendre regardait autre part.
.... C'est comme si mon coeur était mort mais au paradis. Mais c'est quoi ces idées !? Et c'est qu'est-ce qu'il me sort d'un coup !? Il a les même pensées que moi je pari ! .... Mon idiotie m'étonnera toujours, il m'est Lelouch, celui que j'aime profondément, dans le doute... J'ai déjà gagner le concours de la mauvaise petite amie c'est sur... Mais c'est vrai que je suis dans le doute... Mais c'est vrai que j'ai le même envie que lui, celui de rester plus de temps à ses côtés.
Mes yeux toujours braqués, les pas de Lelouch s'arrêta, tout comme les miennes soudainement. Sa tête tournais aussi à 90 degrés vers moi et ses lèvres allaient se poser doucement et tendrement sur les miennes. Cet instant était rapide avant de recommencer à remarcher. Suite à cela, ma tête était retourné à sa vision de départ, devant moi. Cet instant m'avais adouci, un petit sourire sortit de ma bouche, mon expression du visage était plus calme et plus douce. Mais où était les pensées douteuses, la petite Gumi toute gêner ?
Mais qu'elle idiote, je n'ai vraiment rien à craindre. Je suis déjà toute à lui.
Il avais suffit d'un simple baiser pour m'avoir calmer. Ah la la ~ Mais c'est vrai que je stresse pour l'avenir.
Nous approchons de plus en plus du dortoir de Lelouch et lorsque nous étions devant et que Lelouch allait ouvrir la porte, mon coeur ne cesse de battre à la chamade. Serai-ce les phéromones de Lelouch qui me fait de l'effet ou le stresse ? Il ouvrit la porte et m'invita à rentrer, une invitation que je ne tardais pas à accepter.

« Je t'aime... »

«
Moi aussi, je t'aime. »

Lui dis-je avant que je ne rentrais et ne se contentais que de regarder tout autour et à ce que je vois, il y avais des cartons, un peu partout, il n'avais toujours pas installer ses affaires, puis ils y avaient cinq lits de plus sans le sien, non occupées comme dans mon dortoirs, c'était un dortoir à six personnes, c'était sois aujourd'hui que nous pouvons dormir tous les deux ensembles avant que d'autre viennent, surtout que chez moi, j'ai déjà une colocataire. Sur le coup, je ne savais plus quoi faire... Ah bah si le sécher ! Je suis là pour le sécher non ? Je fonçais vers la porte qui menais ers la salle de bain, pris une serviette et retournais au côtés de Lelouch pour enfin sécher ses cheveux... Mais pourquoi je fais ça moi ? J'étais vraiment bizarre à ses côtés, moi. Je lui tends la serviette et lui dis.

« Tiens, tu sais le faire seul non ? Et puis le mieux n'est pas de prendre une douche ? .... C'est bon je n'irais nul part, je reste là.... » lui dis ai-je sans le courage de le regarder devant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mar 24 Avr - 14:25

Je comprenais désormais. Ce que l'amour. Un sentiment beau, mais puissant. Il ne tenait qu'à nous de le manier et en jouer de manière fine. Mais il ne fallait surtout pas en abuser, ni le négliger, sans quoi, on perd le contrôle et on a mal. Ma soeur n'avait pas eu de chance et je me rendais compte de cela. Se sentiment me fait d'ailleurs peur, je l'admet. Je ne voulais pas finir comme ma soeur, sans dire qu'elle n'était pas un exemple, mais là, je voulais réussir ma parole, c'est-à-dire, réussir ma niveau niveau sentimental. Mais aussi professionnel, je ne voulais pas souffrir bêtement. C'est donc pour ça, qu'avec Gumi, je serais prudent, je ne jouerais pas de ses sentiments, car je n'en ai aucune raison. Je l'aimais, sincèrement, elle faisait battre mon coeur de manière extraordinaire. Je ne comprenais pas ce qu'étais ce battement fou. Après tout... Doucement, je venais donc à prendre sa main, puis nous arrivâmes dans ma chambre. Lieu personnel, mais lieu si agréable. Il y régnait une sorte d'harmonie des plus délicieuse.

Ma chambre était simple. Six lits, chacun ayant une petite table de nuit à côté. Un lieu où j'étais le maitre, puisqu'il n'y avait personne outre moi. J'avais rangé mes affaires soigneusement, puis j'avais décoré ma table de nuit. Rien de bien méchant, juste des photo, semblant transformer cette table de nuit en un temple de souvenirs. On y voyait des photos de moi petit, cette bouille enfantine restant éternel. Mais il y en avait d'autre, avec une demoiselle. Une seule et unique demoiselle qui revenait sans cesse. Sur une dizaine de photo, au moins six étaient d'elle ou avec elle. Une demoiselle à la chevelure d'argent, un regard des plus sanguinaire, mais un corps si bien fait. Une demoiselle qui me manquait, étant ma soeur... Je soupirais toujours en regardant ces photos, me disant qu'elle pourrait être encore là si j'avais fait un sacrifice. J'aurais pu courir après elle, lui sauter dessus ou la retenir, histoire d'éviter ce drame d'un soir. Mais non, le destin m'avait figé ce soir là... Je m'en voulais et en regardant ces photos, je me sentais mélancolique.
Heureusement, avant que je ne commence à devenir pensif, une serviette se posa sur mes cheveux, me masquant la vue. La demoiselle agitait ses mains pour frotter le tissu contre mon cuir chevelu. Elle s'activait afin que je n'ai pas froid sans doute, mais soudainement, elle se recula me tendant la serviette. Elle semblait comme gêné, pourquoi avait-elle arrêté ? Je ne lui dit pas et saisis la serviette me frottant doucement. Ses paroles me faisant chaud au coeur.

«  Je pense que je vais aller me doucher oui... Je reviens... »


Doucement, je me penchais devant elle pour embrasser plusieurs fois son front, comme une enfant certes, mais un enfant spécial à mes yeux. Je l'aimais voilà tout.
Je me dirigea vers la salle de bain, puis je me douchais, doucement, lentement. Avant de ressortir pour retourner la voir. J'avais une serviette autour de la taille et en dessous un boxer. Je vins m'asseoir près d'elle pour alors poser ma main sur sa nuque et l'embrasser à pleine bouche, l'allongeant doucement. J'aimais ce contact, celui de nos lèvres. Tendrement, je vins poser ma main sur l'emplacement de son coeur puis je lui dit.

«  Je veux que toi et moi... ça dure jusqu'à la mort... Je ne veux pas te perdre... Jure moi de ne jamais partir... Pas avant que notre heure à tout les deux soit arrivé... S'il te plait... »

Je lui avouais une certaine peur. Dévoilant comme un traumatisme au fait de pouvoir la voir partir. Peut-être allait-elle me poser des questions sur ces photos et cette peur notable, ou bien allions nous simplement rester là, occupé à nos ébats amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mer 25 Avr - 3:43



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Je sais pas ce que je fais... Je me sens vraiment bizarre à ses côtés, non ça ne me fait pas mal, quoi que mon coeur n'arrête pas de battre, mais mon comportement est plus que bizarre à ses côtés, je ne me reconnais plus. Est-ce l'effet de l'amour fou ? Si c'est le cas, je veux être folle amoureuse de Lelouch jusqu'à que je sois admise à l'asile. Bon j'exagère, mais je veux n'être qu'à lui désormais, être toujours à ses côtés, je le veux entièrement comme je veux m'offrir tout à lui. Cela est trop demander ? Ah ! Une chose que je suis sure de moi, mon exagération sur les choses. Mais cette fois c'était l'amour de quelqu'un que je voulais et offrir l'amour de mon coeur à cet personne, ce n'est plus pareil que d'habitude. Comme quand des billets de concert, que je demande à ma manager. Enfin bref, ce genre de chose. Reprenons l'histoire si vous le voulez bien. Je ne savais pas ce que je faisait à essuyer sa tête, bon il était mouiller mais ce n'est pas que je le fasse à sa place. Lui passant et lui donnant l'idée, tout en lui disant d'aller se doucher et de ne pas s'inquiéter et que je restais là, le garçon accepta l'idée, se leva, mais avant d'aller prendre une douche après le mauvais temps de tout à l'heure, posa ses lèvres sur mon front et se retourna, pris la direction de la salle de bain. Plusieurs de ses baisers avait déjà envahi tout mon corps, non c'est une expression, sales petits pervers. Non j'étais déjà tout à lui. Je dois l'avouer que poser plusieurs baisers sur le front avant de s'en aller, m'avait donné envie de le retenir, mais bon s'étais vraiment exagérer, il ne partais pas loin, juste la pièce d'à côté. Donc Gumi, ne t'en fais pas. J'entendais, l'eau coulée, mais qu'allais-je faire pendant ce temps ? Je remarquais sur sa table de nuit, assez décorer, si je puis-je dire, de photos d'enfance, bon je ne voulais point fouiller, mais ma curiosité m'avais pris de devant et je ne puis m'empêcher de regarder.
Trop mignon ~ J'en avais trouver de lui, tout gamin ! Ah c'est pas lui qui en trouverais des photos de moi toute gamine, oui malheureusement, j'ai été crée et donc je suis née à mes 16 ans, y a deux ans, mais bon je ne vieillis pas moi... Je devrais avoir le même âge que Lelouch ou même être dans sa classe, mais j'ai jamais fais mes études avant d'entrer ici. Donc on m'a mis dans la classe des 16 ans. Je ne peux pas m'en plaindre. A côtés de ses photos tout mignons de lui, je trouvais des photos de lui, mais il était accompagné par une jeune fille à la chevelure blanche qui allait au bleu même, comme Haruka, des yeux assez effrayant à leur couleurs rouge, mais celui ci n'en montrais qu'un oeil. La deuxième était cachée par des bandages, que lui ai t-elle arrivé ? Je ne savais pas. En tout cas, cette personne comptait beaucoup pour lui, serai-ce sa "Onee-chan" ... morte ? Suite à cette pensée, un sourire se montra sur le visage. Je me disais, qu'elle est magnifique. Par contre, elle ne me ressemble pas du tout. J'en riais un petit rire, car le fait que Lelouch m'ai dîtes que je la ressemblais, n'étais vraiment pas le cas concernant le physique. J'entendis le robinet tourner, mettant fin à l'eau coulant, je me décalais de sa table de nuit et des photos et attendait son arrivée. Quand Lelouch ouvrit la porte de la salle de bain, je ne pouvais m'empêcher de rougir... Pourquoi ? Mais... mais.. il est sortit torse nu, la serviette autour de la taille, avait-il quelque chose en dessous ? Je sais pas. Non, mais se montrer dans une telle tenue, qui ne rougirais pas devant... ça... Bon arrêtons l'observation, je détourna le regard pendant qu'il s'assis près de moi. Trop près... j'étais totalement dans l'embarras, ne l'a-t-il pas vu mon expression ? Il vinrent poser sa main sur ma nuque, ce geste m'avais remis mon regard sur lui, je vis ses yeux magnifiques de couleur violet devant moi et son air de personne mystérieux étaient, tout les deux, entrain de m'arracher le coeur. Il posa ses lèvres sur les miennes, je me laissais faire doucement, il était tellement doux, j'étais tout à lui, je m'allongeais en l'emmenant avec moi, j'étais devenu vraiment folle de ses baisers, non de lui tout entier. Délicatement, que ça en fait presque des chatouilles, il posa sa main sur le coeur, me disant.

« Je veux que toi et moi... ça dure jusqu'à la mort... Je ne veux pas te perdre... Jure moi de ne jamais partir... Pas avant que notre heure à tout les deux soit arrivé... S'il te plait... »

Étonner de ses paroles, de ses yeux qui reflétaient la peur en lui, je le regardais avec mes grand yeux. Quelques quarts de seconde plus tard, je lui sourit. J'avais compris, pas totalement, mais je comprenais et je je ne l'obligerai pas à me raconter l'histoire. De mon grand sourire et de mes yeux qui reflétait le "ne t'inquiète pas", avant de lui dire ma réponse, je posa à mon tour, un baiser sur le front, pour mieux interpréter le reflet que je donnais.

« Peu de chance que je ne meurt avant toi donc... »

Je pris sa main, posa un doux baiser dessus avant de continuer ma phrase.

« Je te jures de toujours être avec toi, jusqu'à ta mort. Et... »

L'embrassais cette fois sur ses tendre lèvre et termina cette phrase.

«
Je te jures aussi que je te rejoindrais juste après. »

Cette promesse, je la gravit dans ma mémoire et je la tiendrais, tout le long de son existence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mer 25 Avr - 15:04

Dans la douche, j'avais réfléchit, alors que l'eau tombait sur moi, mon esprit chantonnant une chanson, je réfléchissais à tout ça. Qu'est-ce que l'amour ? Est-ce cette envie de bien faire ? De vouloir protéger jour et nuit ? Ou bien est-ce le fait qu'elle occupe mes pensées à en oublier mon nom ? Ou alors, ce sont les deux ? Je ne savais pas, je repensais à Haku, repensant à une journée. Un jour, nous parlions, nous étions dans un champs à la campagne en vacance. Nous étions assis et nous parlions. Une fois où elle était en couple.

«  Nyah... Onee-chan... Tu es si souriante ces temps-ci... »

«  Tu comprendras Lulu-kun... L'amour... »
«  A.. mour ? »
«  Oui amour... Ce sentiment qui te donne des ailes, ce sentiment qui te rattache à un autre, quitte à mourir pour lui... Ton tour viendra onii-kun... »
«  Mais je t'aime onee-chan... »
«  Oui un amour fraternel, pas un amour du coeur... tu comprendras.. »
«  Plus tard, je serais comme onee-chan, amoureux et le plus heureux des hommes... »
«  Oublie jamais que même quand l'amour se finit, l'autre ne doit jamais oublier... »

Un souvenirs, des paroles qui me touchaient. Je repensais souvent à elle, les photos en témoignant, d'ailleurs, dans un mois, c'est son anniversaire. Je souriais pour alors rejoindre après ce moment flashback, ma petite amie, Gumi Megpoid. Une demoiselle qui a conquis mon coeur. Je m'étais mis contre elle, l'embrassant avec passion envie, plaisir. Je voulais être entièrement à elle, et pas à une autre, hors de question. Je lui avais dit ma peur, sans le laisser trop paraître, du moins je le pense. Je la laissais parler, ses paroles se faisant douce.

« Peu de chance que je ne meurt avant toi donc...Je te jures de toujours être avec toi, jusqu'à ta mort. Et... Je te jures aussi que je te rejoindrais juste après. »

La demoiselle me fit sourire. Sa dernière phrase non, mais au fond, sa promesse générale était touchante. Je ne voulais pas qu'elle s'amuse à faire juliette et moi son roméo, mais au fond, le fait qu'elle donne sa vie pour moi, je me sentais comme touché profondément. Je l'embrassais de nouveau, après ses baisers, puis, je me colla à elle, son corps contre le mien, mes bras autour de son cou. Je roulais sur le lit pour la mettre au dessus de moi, mon torse dénudé se montrant à elle. Souriant, je lui caressais ses mains tendrement.

" Tes paroles sont touchantes Gumi, mais j'aimerais que si un jour je meurt, que tu continue ta vie, pas que tu t'enfermes dans ma cage... Je ne veux pas que tu souffres. Je veux te rendre au bout jusqu'à la fin de mes jours, puis quand ma vie se finira... Je veux que tu retrouve le bonheur et que tu me remplace... Que là haut, je puisse à jamais admirer ton sourire... Si délicieux... »


Je posais ma main sur sa joue souriant, une lueur triste sur les lèvres. Je détournais la tête pour voir une photo qui avait été touché. Une fois où elle avait eu une opération à l'oeil. Je soupirais pour alors fermer les yeux puis après un moment de réflexion, je pris la demoiselle dans mes bras la serrant fort avant de lui dire doucement.

«  Met toi à l'aise.... Tu vas pas rester comme ça alors qu'il faut chaud... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mer 25 Avr - 19:33



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


J'avais devant moi, celui que j'aime, dans une tenue ... assez... bon ok, nous sommes dans un lit, lui qui vient de sortir de la douche, torse nu et serviette autour de la taille, mais c'est pas comme si... Bon Gumi, arrête les fantasmes... Là, on parle sentiments ! Lelouch sur moi, m'avais avouer une peur et pour empêcher que cette peur l'envahi, je devais le promettre une chose, qui pour moi était évidente depuis le début. Ma réponse était claire et franche, je voulais absolument rester avec lui, même au delà de la mort. Je pensais que cela le calmera, mais bizarrement il y avait quelque chose qui le tracassait encore, venait-il de mes paroles ? Je sentis tous cela pendant ses baisers, pendant que son corps, j'estime faire encore cette remarque qu'il est torse nu, me collait jusqu'à vouloir me retourner pour enfin me mettre sur lui. Nos cœurs battaient tellement fort, ne pouvant ne pas le sentir, même le mien je le sentais sans le toucher. Je ne pouvais que fermer les yeux, honte de ma position. Mais à la fin de ses baisers, je les ouvris comme même et me sentais vraiment gênée, de voir en vue le visage souriant de Lelouch allongée mais en plus mon corps touchant son torse dénudé, pourtant mes yeux ne pouvaient se détourner des siens. Des chatouilles apparaissait sur mes mains, c'était Lelouch qui les caressait tendrement, je suis tellement sensible... Toujours le regard sur lui, de même pour lui, il me dit soudainement.

« Tes paroles sont touchantes Gumi, mais j'aimerais que si un jour je meurt, que tu continue ta vie, pas que tu t'enfermes dans ma cage... Je ne veux pas que tu souffres. Je veux te rendre au bout jusqu'à la fin de mes jours, puis quand ma vie se finira... Je veux que tu retrouve le bonheur et que tu me remplace... Que là haut, je puisse à jamais admirer ton sourire... Si délicieux... »

J'avais la réponse... c'était mes paroles, même si elles sont plus que sincères, mais mon dévouement envers lui, le tracassait... Pourtant... lui dois un jour mourir et moi... je devais rester éternellement dans ce monde, sans grandir, regardant chacun de mes amours se fanés les uns, les autres... C'était cela ma destinée, je ne savais plus quoi répondre à Lelouch, tellement plus que mes yeux se sont refermées ou plutôt cachés derrière ma frange. La main de Lelouch me caressait la joue, mais même avec mes yeux restaient toujours cachées, juste après il avait détourné son regard sur la photo de sa "Onee-chan", avait-il remarqué quelque chose ? Pourquoi me posais-je cette question ? Car juste après il soupirant et avais l'air de prendre une réflexion avec ses yeux fermées. Pendant un moment il était comme cela. Jusqu’à qu’il me sorte quelque chose de totalement différent.

« Met toi à l'aise.... Tu ne vas pas rester comme ça alors qu'il faut chaud... »

Mes yeux grandissent, non ils n’étaient plus cachés derrière ma frange. Comme cela ? Mais de quoi il parlait ? Ah oui j’oubliais que je ne sentais pas la chaleur. En faisant plus attention à sois, je sentais quelque chose me collant la peau. C’était mes habits, j’oubliais qu’ils étaient toujours trempés. Je m’échappais des bras de Lelouch, m’assis tranquillement, vérifiait chaque partie de mes vêtements trempées, mon gilet, ma jupe et mes hautes chaussettes, ça me collais la peau de partout. C’est gênant, il ne resta qu’un petit t-shirt sec… Devrais-je demander des vêtements à Lelouch ? Bah il n’avait que ça à faire.

« Excuse moi Lelouch, mais pourrais tu me prêter des vêtements ? J’ai déjà bien mouiller ton lit avec les miennes toute trempés. » le disais-je directe sans prêter intention à mes paroles, toujours fixant mes vêtements mouillés.




Dernière édition par Gumi Megpoid le Jeu 26 Avr - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Jeu 26 Avr - 16:03

Choses sérieuses, nous discutions de choses sérieuses, elle et moi. Mon amour de Gumi et moi; nous étions là, en train de nous embrasser, mais surtout parler de choses qui nous tenait à coeur. Nos relations intimes n'allaient pas être de tout repos. Cela serait un amour vrai. Difficile, mais vrai. Je la regardais, lui demandant une chose spéciale, oui, très spéciale. Cruelle de ma part cette demande, mais au fond, c'était ça, où un amour lié de souffrances... Je ne voulais pas la voir triste dans le futur. Idiot de ma part non ? Au fond, j'admirais son courage de m'avoir dit ce qu'elle m'a dit, mais ma décision est pas irrévocable, je comptais lui dire après. Libre à elle de me suivre à ma mort après tout... Je vis ses yeux se cacher derrière sa frange, celle-ci prenant un air fort sombre. Mais très vite, après mes paroles pour le moins ambigües, je la vis ouvrir les yeux, deux grands yeux d'un vert pétant. Je soupirais d'aise pour alors la voir sous ses habits. Enfin du moins, ses formes étaient moulées à souhait, puisque ses habits collaient à sa peau.

« Excuse moi Lelouch, mais pourrais tu me prêter des vêtements ? J’ai déjà bien mouiller ton lit avec les miennes toute trempés.

La demoiselle se regardait d'un air comme ahurie, puis elle se tût. Je ne disais rien, la regardant, puis je saisis doucement une de ses mains. L'eau même sur ses cheveux coulait doucement en gouttes sur mon torse. Le mouillant lentement. Je ne pouvais pas lui en vouloir, ainsi, dans l'état actuel, elle est si belle. Je rougis puis lui dit doucement.

« Il y a des habits dans ma commode là bas. Mais sinon.... G... Gumi... N'y voit rien de pervers, mais ... V...Vu qu'on est... Ensemble... C... C'est pas grave si on est ... Presque nu... En sous vêtement dans le même lit... Rassure toi... J... Je me fiche que tu sois presque nue ou non... J... Je te trouve très belle aussi bien habillé que peu... J..."

Je me taisais après un moment puis je vins l'embrasser, la collant contre moi. Ses habits collaient à ma peau si bien. Je sentais cette humidité parcourir mon être. La demoiselle me chatouillait sans le vouloir, c'était si bon... Rougissant je la libérais de mes bras pour l'admirer et caresser sa joue.

« Fait comme bon te semble... Ce soir comme les futurs soirs, je veillerais sur toi.. Promis.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Ven 27 Avr - 12:03



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Comment suis-je fringuer ? Je suis bien mouillé et je ne me rends compte que maintenant, bah mince, je me suis déjà installé sur le lit de Lelouch et je l'ai bien mouillé, je suis bel et bien idiote. Bah ce n'est pas que le lit qui était mouillé, il y a aussi, le torse de Lelouch, que je jetais un oeil, juste une fraction de seconde, mais tellement mal à l'aise, retourna mon regard pour revenir à mes vêtements. Un état très gênant, puis me rappelant, quelque chose... je n'ai pas de soutien gorge, mais bon j'ai un t-shirt sec, mais bon, cette tenue serait beaucoup plus gênantes, que ce que je porte déjà là. Bon, c'est vrai c'était un gilet, donc c'était impossible, que ce soit transparent, ah tant mieux. Je lâchais mon regard de mes vêtements et cruste le visage de Lelouch, soudainement rouge. Oh c'était mignon ~ C'était la première fois ? Je sais plus, mais c'était tellement mignon, que j'en rougissais de même. Puis il vint me dire.

« Il y a des habits dans ma commode là bas. Mais sinon.... G... Gumi... N'y voit rien de pervers, mais ... V...Vu qu'on est... Ensemble... C... C'est pas grave si on est ... Presque nu... En sous vêtement dans le même lit... Rassure toi... J... Je me fiche que tu sois presque nue ou non... J... Je te trouve très belle aussi bien habillé que peu... J... »

Pa..par...PARDON !? Suite à ses paroles tremblotant car c'était un peu ambiguë ... je lui sortais un sourire bête toute ma joue qui remontais, comme si je clignais des yeux, Bref, j'y vois comme même de pervers, mais c'était celui que j'aime, donc je ne vois aucun problème, même si je n'ai qu'un t-shirt à bretelles et ma culotte... Bah c'est mieux que rien, je vais pas trop me dénu....dée. Mais je pense à quoi moi. Je suis déjà toute rouge. Soudainement, Lelouch venait de m'embrasser, j'étais plus que coller à lui, j'étais presque plus qu'un avec lui. Ce n'était qu'un petit moment, puis me relâcha et me regardait, la main caressant ma joue. Des tendres mots sortis de sa bouche, tendre à fondre que je n'aurais jamais ou même imaginais qu'il sortirais ça, mais on devais être prête à s'attendre à tout avec Lelouch, surtout moi, sa petite amie.

« Fait comme bon te semble... Ce soir comme les futurs soirs, je veillerais sur toi.. Promis.. »

... je ne pouvais pas plus le faire confiance, avec ses mots tendres. Je rougissais tellement, je voulais totalement me cachée donc je repris ma façon de me caché, mes cheveux cachés derrière ma frange. Puis je dis à Lelouch, d'un ton peut-être sombre, mais j'étais vraiment gênée...

« Lelouch... ferme les yeux. »

Il exécuta ma demande, j'enlevis mes vêtements mouillés, gilet, chaussette haute et jupe, j'étais désormais en culotte avec un t-shirt blanc simple à bretelles. Je vins juste après m'être déshabiller, l'embrasser, toute en le revenant à m'allonger sur lui, le collant. Fin de ce baiser, me releva et me rassoit sur mes genoux, rouge et fuyant son regard bientôt rouverte, je lui dis.

« C'est bon, tu peux ouvrir... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Ven 27 Avr - 19:57

Une nuit avec ma bien aimée. Ce sera une première enfin non. Ce sera la second fois. Mais une première dans le sens tenue. Après tout, je lui ais dit de se mettre plus qu'à l'aise et qui sait comment cela va tourner. Bien entendu je n'ai pas d'idées perverses en cet instant, je ne voulais pas faire ça, du moins, pas sans que ce soit elle qui le demande. J'étais trop intrigué par elle. Plus tard pourquoi pas, mais dans l'immédiat.. Je lui avais proposé de se déshabiller et rester ainsi, proche de moi, toute la nuit, nous deux, quasiment nu, deux amoureux fous... Je rougissais à tant d'idées, puis je la vis doucement devenir rouge, elle avait eu des pensées coquines ? Je ne savais pas et quand elle me dit de fermer les yeux, je m'exécuta sans rien dire de plus.

Je revis un souvenir du passé. Nous jouions moi et des amis ainsi que ma soeur dans un parc. Nous jouions à cache cache. Puis au bout d'un instant, je m'étais caché, jusqu'à me perdre. Le temps était passé puis au bout d'un instant, la pluie commençait à tomber, tous étant partit. Ils m'avaient laissés,, même ma soeur. J'avais à peine huit ans et ma soeur était plus âgée. Je commençais à pleurer, déversant mes larmes chaudes sur le sol froid. Puis après un instant, je ne vis plus rien, entendant une voix douce se faire à mes oreilles.

«  Devine qui c'est ... »

«  ONEE-CHAN.... »

Je pleurais à chaudes larmes, ayant eu peur d'être seul. Depuis tout petit j'avais eu cette peur. J'admirais ma soeur et j'avais eu peur de ce sentiment appelé solitude. J'avais discuté avec elle puis vint le moment où j'eus peur. Je pris cette peur qui étais la sienne.

«  Pourquoi pleure-tu ? »

«  Car j'étais seul.... On m'a laissé... Seul dans le parc...Bouhouhou... »
«  Allons allons... Je suis là moi.... La preuve.... »
«  Oneeeeeeeeee-chan.... »

Ses bras me réchauffaient doucement, puis elle me dit ces mots là ceux-ci se gravant dans mon coeur à jamais.

«  Tant que je serais là.. Tu ne seras jamais seul.. Promis onii-kun... »


Je revins à ce présent, entendant la demoiselle qui faisait que je n'étais plus seul, depuis que Haku m'avait laissé. Je la regardais doucement, voyant son haut assez frais, ainsi que son bas. À genoux à côté de moi, je me demandais pourquoi elle m'incitait à matter. Du moins je le prenais ainsi. Sans rien dire je me redressais pour alors l'embrasser et l'allonger sur le lit, moi au dessus, collant son corps au mien puis je lui dit tendrement.

«  Tu es magnifique... Gumi-chan.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Sam 28 Avr - 9:15



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Vraiment gênant, je confirme... Lelouch avait ouvert ses yeux, il n'a pas attendu à m'embrasser et m'allongée sur le lit, moi en t-shirt à bretelles et culotte cette fois sec, même si mes cheveux étaient encore mouillés, lui aussi avais ses cheveux quelques peu mouillés, mais ils séchaient vite, torse nu et en remarquant son boxer, vu que la serviette était parti depuis un moment. Nos corps étaient collés, lui au dessus de moi, non il n'était pas lourd, c'était bon, qu'il était en dessus de moi, c'est gênant, mais je l'aimais et lui aussi, je ne pouvais rien y faire, j'étais toute à lui. Doucement, tendrement me dit-il qu'il était magnifique. Ces tendres mots ne pouvaient pas plus que me gênée, normalement à ses moments-là, ma tête se retournerai, mais j'étais ébahi par son visage et ses yeux, que je ne pouvais rien faire d'autre que de l'admirer et de sourire. La seule chose que j'ai à faire désormais, c'est de rester là, avec lui, toute la nuit. Je remarquais que la nuit était déjà tombée, mais aussi que de haut de cette nuit et de ses étoiles, quelqu'un nous surveillait, serai-ce sa soeur ? Cette fois, a mon tour de faire une promesse à sa soeur et aussi à lui.

« Haku n'est ce pas ? Je promets de rester toujours et jusqu'à sa mort auprès de ton petit frère, es-tu d'accord, que je sois celle que Lelouch à choisi ? »

C'est vrai, je l'ai dis à voix haute, car je voulais aussi que Lelouch écoute la promesse et la question que je devais poser à sa soeur, qui avant que je ne sente plus sa présence, était présente. Je voulais lui comprendre, elle était toujours là auprès de tout ses étoiles. Elle le sera toujours là, comme moi, pour lui. Je ne pouvais que sourire devant lui. Un son sorti de ma bouche, un moment après avoir sourit à lui et à ces étoiles magnifiques, tout comme sa soeur, c'était un son que Lelouch reconnaîtra surement, puis vint des paroles, oui je chantais encore cette chanson. Le regardant tendrement et de mon regard délicat, que je ne faisait à personnes d'autres qu'à Lelouch.

« ...C'est pour vivre
Vivre, et transmettre ces paroles
Alors, vie...
Reste en vie...
»

Voulant continuer la chanson, quelque chose avait retenti, mes yeux étonné de ce moment, s'ouvris grandement et avec le sourire idiot... et mxrde... c'était mon ventre qui commençait à crier famine, c'est vrai que nous n'avons toujours pas manger... Ce crétin de ventre était entrain de gâcher une si bonne ambiance ! Bah qu'est ce que je peux y faire ? Je m'empressais de détourner ma tête. J'étais tout rouge, honte à moi ... Je déteste ce ventre, mais aussi je n'ai manger qu'hier soir et ce midi, sinon ... je n'ai pas manger pendant toute une semaine, c'est vrai. Mais j'ai pas intérêt à dire ça à Lelouch....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mer 2 Mai - 10:02

La nuit était belle, je me contentais de la serrer dans mes bras. Souriant, je ne pensais plus à rien, sauf cette douceur qu'était Gumi. Elle apaisait mon coeur meurtri. Je ne pensais plus au passé, j'étais libre avec elle, jusqu'à ma mort où je rejoindrais ma soeur. Je soupirais d'aise pour alors la voir pensive, puis la voilà qui se mis à sortir des paroles qui ne manquèrent pas d'attirer mon attention. Son regard tourné vers les étoiles, elle dit d'une voix presque solennel.

« Haku n'est ce pas ? Je promets de rester toujours et jusqu'à sa mort auprès de ton petit frère, es-tu d'accord, que je sois celle que Lelouch à choisi ? »

Je la regardais attentivement, la demoiselle avait dit des mots plus que touchant. L'aimer ? Oui, plus que tout là. Une demoiselle si touchante, je ne peux que l'aimer et la désirer. Amusé, attendris, touché, je souris puis l'enlace fortement avant de simplement rougit, laissant ma soeur là haut répondre. Oui... C'est oui bien entendu. J'imaginais son visage là haut accepter. Un fin sourire, de vraies paroles auraient données ceci.

« Hai... Onii-kun mérite le bonheur et tu peux lui apporter... Prend soin de lui... Pour moi... Pour toi... Pour vous.. »

Je laissais quelques larmes de joie couler le long de mes joues, entendant une musique devenue familière. Je l'aimais plus que tout dans cet univers. Rougissant, je ne disais rien ému par ses paroles. Oui je l'aimais vraiment comme un fou. Puis vint ce bruit. Je lui souris tout en ne prenant pas la peine de bouger, pour alors lui dire après un moment.

« Tu veux manger un truc ? Tu sais j'ai des petits gâteaux ou autre... N'ai pas honte... C'est mignon.  »

Tendrement, je vins caresser sa joue pour alors sentir la chaleur de son corps. Oui, j'avais eu une idée coquine à l'instant, mais je n'allais pas la forcer à quoi que ce soit. Je voulais juste son sourire, rien de plus. Toute la misère du monde pour moi, mais son sourire, alors même dans la pire des situation, je me sentirais heureux. Doucement, je laissa ma main parcourir son corps pour caresser son dos puis revenir sur le ventre, le caressant tendrement. De faibles parcours qui ne me laissait pas indifférent non. Je l'aimais oui.

« Je sais pas pourquoi, mais ce soir... Je sent que ce sera la meilleur nuit de toute ma vie... Car désormais.. J.. Je ne suis plus seul... .  »

Je rougissais lui avouant une de mes craintes. Oui, j'avais toujours eu peur d'être seul dans ma vie. Mais là, j'avais trouvé la perle rare. Celle qui me faisait vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Sam 5 Mai - 7:38



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Une nuit... une seule qui avait arrêter le temps, un temps qui n'en finissait, a rester là dans ses bras, et à voir les étoiles, les étoiles qui étaient à la lueurs d'une personne, celle d'un morte qui est sa soeur. Le son de ma voix chantant notre chanson, sans piano pour exercer un lied, non seulement ma voix. Et n'oubliant pas notre position qui nous rapprochait plus nos corps, mais aussi nos sentiments avait augmenter depuis cette première nuit à l'hôtel. Mais tout ça s'est éteint, le temps avait recommencer à tourner, enfin notre position resta le même. Toute l'ambiance avait changer par la faute d'un ventre, demandant famine, depuis plus d'une semaine, ce ventre m'appartenait. Ne pouvant pas m'empêcher de rougir à cela, j'avais cacher mes yeux derrière ma frange comme tout à l'heure, mais de son contraire, ce n'était pas un fait sombre, mais plutôt embarrassante. Lelouch toujours là, ne bougeant plus, me sourit. Étais-ce de la moquerie ? Je suis déjà assez gênée comme cela.

« Tu veux manger un truc ? Tu sais j'ai des petits gâteaux ou autre... N'ai pas honte... C'est mignon. »

Ses derniers mots, je ne pouvais pas plus être plus gênée que je me cacha, ou plutôt je me collais à son torse, toujours dénudé, et cacha mon visage, mes yeux avait arrêter de fixés ses yeux et défiler sur son torse, je sentais son coeur battre dans cette position, des battements douces, tellement qu'ils pourraient m'endormir. Des gestes en lui avait commencer à se montrer, il repris mon visage, caressant mon visage, ou plutôt ma joue, avec ses mains, les plus douces qu'ils soient grâce à ses gestes tendre. Sa main avait fait un petit tour de mon corps, de mon dos à mon ventre, en passant par le côté et tout ça doucement et tendrement. Normalement, je ne sentais pas les petites chatouilles, mais à ce moment oui, sensation bizarre, me gênant encore, mes yeux s'étaient fermés et vinrent à me décaler, pas trop loin, de lui et de sa main, tendre que j'aimais et qui m'avait fait la découverte des chatouilles. Des mots sortirent de sa bouche, d'une voix très joyeux, mais aussi très calme trouvais-je, que disait celui que j'aime avec tant de joie ? Pour le savoir, je le regardais.

« Je sais pas pourquoi, mais ce soir... Je sent que ce sera la meilleur nuit de toute ma vie... Car désormais.. J.. Je ne suis plus seul... »

Suite à ses mots, je ne pouvais que sourire. Une envie de l'embrasser me vint, j'allais donc poser mes lèvres sur les siennes, les yeux se refermaient doucement mais mes lèvres n'arrivaient pas à destination, mon ventre, qui me portait en ce moment malchanceuse, avait encore grogner famine. C'est bon, la gêne réparait. Mon visage, alla coller son torse, se cachant sur son corps, toute gênée et tout cela ne me ressemblait absolument pas. Bon bon, il faudrait que j'arrête de me cacher ! Je repoussa le corps de Lelouch, souriant en disant.

« Bon et ses p'tits gâteaux ? » le sourire au lèvre, même le grand sourire presque ébahit, comme celle d'une idiote.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mer 9 Mai - 15:00

La nuit allait être douce. En compagnie d'une demoiselle devenue ma douce. Qu'allais-je faire ? Des idées coquines ? Non... Loin de là, ces choses là, c'est elle qui décidera et pas l'inverse. Soupirant, je la laissais ainsi, caressant son corps sans insister, juste des gestes doux et chaleureux. Pour que nous nous sentions bien. Après tout je ne voulais pas la brusquer. J'y allais gentiment. Amusé nous nous regardions puis soudain... Dring dring, de nouveau, il y eu ce son qui indiquait une envie de manger. Je vis alors la demoiselle se poser contre moi comme pour se cacher. Timide ? Je trouvais ça mignon, après tout, ce gargouillement n'était pas comme un rot... La demoiselle m'embrassait doucement, ses lèvres se faisant douce comme du sucre. Je frissonnais de plaisir sans rien dire. Je lui souris pour alors la laisser me pousser doucement pour se dégager de notre position et me dire de sa voix douce comme du miel où était ces gâteaux. Je lui souris avant de répondre, je prenais mon temps sans vouloir la torturer.

«  Je te les amène dessuite... »

Je lui embrassais la joue pour alors me lever malgré ma nudité partielle. Souriant, je ne disais rien allant chercher plusieurs gâteau dont un qui était spécial, puisque fait avec de la carotte. Souriant, je lui amenais une petite assiette garnie avec quatre gâteau, un marron, un rouge, un vert et un orange. Je lui souris avant de lui dire d'une voix passionné.

«  Alors le marron c'est un classique, goût chocolat avec un fondant au milieu, une ganache qui fond dans la bouche.. Mon préféré. Celui qui est rouge, c'est à la fraise, acidulé, sucré, un délice... Le vert à la pistache, ça se marie super bien avec le chocolat en plus... Puis le orange, une de mes dernières créations, je sais pas s'il est réussis ou non, mais c'est à la carotte, va savoir pourquoi, j'ai voulu tester... Bref. Bon ap... »


Je lui tendais l'assiette attendant de voir comment elle allait réagir. Elle allait jouer la goûteuse et moi le participant. Comment allait-elle trouver ça ? Je lui souris pour alors m'allonger de nouveau et mettre l'assiette sur mon ventre, celui-ci servant donc de support, je jouais la table en gros. Amusé je la regardais attendant qu'elle fasse ce qu'elle avait à faire. Goûter et se rassasier comme bon lui semblait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Ven 11 Mai - 23:06



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Mince, mince, mince... j'allais justement l'embrasser et voilà que ce ventre fait son petit caprice, mais euh ! Je pouvais rester sans rien manger et rester dans ses bras, mais bien sur, il a fallu que tu fasse ton caprice aujourd'hui et à ce moment, tu vois pas que maintenant j'ai vraiment honte !? Regarde moi je me cache ! Sur le coup... j'ai vraiment l'air folle. Parler à son ventre ... au moins ce n'étais pas à voix haute. Qu'aurais penser Lelouch ? T'es un vrai casse pied Jean ! Et voilà que j'appelle mon ventre, Jean... Je suis folle.. à coup sur, mieux vos m'enfermer à l'asile. Au moins, Lelouch ne lis pas mes pensées, comme un livre total ouvert. Mais au faite que m'as t-il répondu ? ... Toujours rien... il était là se posant devant moi, tout souriant... Serai-ce pour me taquiner ? Ce n'est absolument pas drôle ! Alors que j'allais retournée mon regard pour lui faire voir que j'étais vexer, il commença à me dire ce que j'attendais.

« Je te les amène dessuite... »

Ils vinrent poser ses lèvres sur ma joue, comme ça, étant étonné de son fait que je n'attendais pas du tout, quand il s'étais levé, ma première envie c'est de lui lancer son oreille en pleine tête. Pourquoi ? Je suis très très embarrassée, voyons ! En plus il a toujours ce sourire. C'est ... assez énervant. Quand il alla chercher ses gâteaux, à la place de jeter l'oreiller sur son visage, je me suis jeté moi même sur l'oreiller, il m'aidait à cacher mon visage de tant de rougissements. Je remarqua quelque chose, j'étais totalement envoûtée par son odeur que ce soit sur moi, son oreille et même toute la pièce, j'étais désormais comme prisonnière dans son antre.

Et le revoilà, celui qui m'a fait prisonnière dans cette pièce, à l'odeur plus qu’envoûtant, lui appartenant et toujours avec ce sourire... Je reposa l'oreiller là où à la base il était. Lelouch tenais une assiette, dessus il y avais des petits gâteaux. J'étais là sur lit, la main prête à prendre ses gâteaux et à les dévoré ! Préparer les crocs ! Et là, il me présenta les plats, comme un cuisinier étoilé. Mais sa voix avait changer... c'était une voix ... passionné ? Il aime cuisiner ?

« Alors le marron c'est un classique, goût chocolat avec un fondant au milieu, une ganache qui fond dans la bouche.. Mon préféré. Celui qui est rouge, c'est à la fraise, acidulé, sucré, un délice... Le vert à la pistache, ça se marie super bien avec le chocolat en plus... Puis le orange, une de mes dernières créations, je sais pas s'il est réussis ou non, mais c'est à la carotte, va savoir pourquoi, j'ai voulu tester... Bref. Bon ap... »

Bizarrement... j'en ai eu des frissons de l'entendre exprimés avec autant de mots, ses gâteaux avec une voix aussi inhabituelle... Il me tendais le plats, c'est bon j'étais bel et bien prête pour me servir, mais prête aussi pour voir à quel petit jeu il jouait avec moi, car la voix qu'il m'avait sorti n'était pas habituelle tout comme ses sourires et n'oubliant pas le temps qu'il avait mis à me répondre... Pour ne pas mettre de soupçons, je regarda l'assiette, en même temps, je me demandais avec lequel j'allais commencer. Et voilà qu'il commença le petit jeu, prévu ? Je ne sais pas, mais il semblait très très amusé. Il se posa en s'allongeant de nouveau et posa la belle assiette de gâteau enchanté... à votre avis ? Perdu, pas sur le lit, mais sur son ventre... Il comptait s'amuser en me regardant bouffer ? C'est très très mauvais tout ça.

Conseil : Ne jamais voir Gumi Megpoid bouffer après une semaine sans manger...

Mais vais-je me retenir ? Très peu de chance. Et puis je ne penses pas finir tout ça seule. Et là j'ai eu l'idée du siècle ! A mon tour de rire. huhu. Un sourire se posa désormais sur mes lèvres, un sourire très très amusé. Ma main se balada, non pas pour prendre un de ses gâteau, mais l'oreiller avec lequel était destinée à sa dernière emplacement, la tête de Lelouch, mais qui est maintenant la prochaine. Je le pris et le posa sur sa tête amusé, sans trop l'étouffer, bien évidemment. Puis je lui dit d'un ton ... voyons voir narcissique ? Quelque chose du genre.

« Tu voulais m'observer bouffer ? Ah ~ mon cher Lelouch, cela ce voit que tu n'es pas un de mes fans, sinon tu aurais lu les conseils de ma manager écrite sur Mag'void qu'il ne faut jamais me voir bouffer après des jours sans manger. »

Puis pendant que ma main gauche était occupé à l'étouffer un peu, pour me venger de s'être amusé avec une fille, surtout moi, alors que l'autre main prenait le gâteau au goût de fraise qui s'approchait doucement de ma bouche. Je croqua un bout du gâteau acidulé et...

XXXXXXXX

La suite est censurée tellement que c'est horrible à décrire... Le seule chose que je peux dire c'est qu'il y a une des claquements de dents, les après les autres... Et il ne faudrait absolument pas décrire ce qui c'est passé dans ma bouche pendant ma dégustation. Fin de sa première dégustation, maintenant, la suite et c'est là que commence notre petite amusement. D'abord l'avis de la goûteuse au chef. Je libéra Lelouch de « l'oreiller emprisonneur », le laissant prendre l'air avant de connaître la suite. J'espère juste qu'il n'est pas mort. Non, sa respiration était encore là. Tout d'abord je lui dois tout mes compliments pour ce délice.

« Il étais excellent ! ça tombait bien, j'étais en manque de sucre. Il y avais assez de sucre là dedans pour contempler mon manque » lui dis-je d'un très grand sourire.

Enfin ce grand sourire n'était bien sur que temporaire avant de ressortir celui qui était narcissique presque sadique enfin je l'ai ressorti qu'une fraction de seconde. Je devais maintenant dire mon « petit plan » à Lelouch, mais bien sur pas avec ce sourire de folle, juste celle de la petite amusée.

« Lelouch... je ne pense pas que je finirais tout, on partage ? »

Je pris le gâteau au chocolat, son préféré, le mit dans la bouche et se pencha vers Lelouch pour enfin attendre sa réaction, sa réponse à ma question était sa prochaine action.


Oui j'ai eu de l'inspiration o/ ~ Sinon c'est trop flop flop.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Mar 22 Mai - 14:01

Une douce nuit nous était réservé, j'étais en compagnie de la demoiselle qui avait volé mon coeur. J'étais heureux et intérieurement, j'étais soulagé. Ma promesse était accomplit non ? Je regardais la demoiselle qui m'avait demandé si j'avais un truc à manger. C'est donc heureux que je lui apportais ma sélection de desserts. Mais rapidement, après mon discours, la demoiselle fit une chose à laquelle je ne m'attendais pas... Elle prit l'oreiller et me l'écraser sur la tête m'empêchant de voir la suite. Sous prétexte que c'était un scandale de la voir manger. J'étais amusé sentant ce tissu bombé sur mon visage. Je ne voyais plus rien. Je la laissais manger en paix fermant les yeux. Je souriais, j'étais content. Visiblement, elle ne disait rien de mal, donc ce n'était pas une horreur dès la mise ne bouche. J'attendais, jusqu'à ce qu'enfin la lumière soit. La demoiselle retirait l'oreiller qui m'emprisonnait puis me dit enfin son jugement. C'était bon... J'en fut ravis, mais la suite fut plus intéressante, car elle voulait partager un gâteau avec moi. Mais comment ?

Je la vis mettre le gâteau en bouche. Rougissant, je ne savais que trop faire. Malgré cette vision, elle était si mignonne, elle avait un peu de carotte, ou du moins, un reste de gâteau à la carotte sur le bout des lèvres. Je m'approchais pour alors venir lécher ce reste, laissant ma langue enlever la moindre miette. La demoiselle allait brûler comme je brûle d'envie de l'embrasser. Souriant, je posais mes mains sur ses épaules. Nous nous stabilisions, puis je vins faire le reste. Mes lèvres se posant sur les siennes, je rougissais ne sachant pas si son but était cela... Un baiser où nous... Allions échanger la nourriture ? Étrange mais bon. Je l'embrassais langoureusement ressentant tant d'émotions.
Je n'avais jamais été aussi heureux, elle avait réussis à faire fondre mon coeur de glace si facilement, s'en étais presque déroutant, mais au fond, je la remerciais comme il se fallai. Sans rien dire, je restais ainsi, une main sur son épaule, l'autre posté dans sa chevelure, caressant, jouant avec ses cheveux aussi vert que l'herbe. Je laissais ma main jouer avec sa chevelure, si douce, si parfumés. Je rougissais rien qu'en pensant ça. Je l'aimais ô combien... Souriant, je séparais nos lèvres pour, nos langues aussi pour alors lui susurrer.

«  Je t'aime Gumi... J.. Je ne veux pas te perdre... Jamais... »


J'enlaçais ses mains comme pour la maintenir près de moi. Souriant, je voulais aller plus loin. L'embrasser à jamais. Je m'allongeais lui ayant donné le feu vert pour partager réellement ce gâteau qu'elle me proposait, à moins qu'elle l'ait mangé. Je la regardais, je rougissais, j'étais au septième ciel rien qu'en sa présence. Je ne disais plus rien, devenant silencieux. Que d'amour en cette soirée....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Sam 26 Mai - 14:07



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Je crois que j'ai un peu trop pousser le bouchon... Le voilà tout rouge après mes actes les plus bizarres les uns que les autres... Je devais cette fois faire un break, le voir autant mal à l'aise, ne me plaisait pas pourtant m'amusais un peu, mais n'allons pas au sadomaso. Suite à ces pensées d'arrêter mes fantasmes, j’enlevai de ma bouche le gâteau au chocolat et le reposa sur l'assiette, je souhaitais vraiment le partager avec Lelouch donc je le posa et ne le goûtera que avec Lelouch.

Puis je pris celui à la carotte et le mangea, pas comme une sauvage comme la dernière fois, non cette fois naturellement. Finis enfin presque il me restait toujours un gros morceau dans ma bouche, je remarqua quelque miettes du gâteau savoureux à la carotte. Oui j'aime la carotte. J'allais justement essuyer ces quelques miettes que Lelouch m'avais pris d'avance, en s'approchant et ... lécha les miettes ! Comment devais-je réagir ? Sa langue se promenée sur le tour de ma bouche, c'était bizarre, mais très tendre. Je voyais qu'il n'avait pas fini de jouer avec moi. J'étais là devant lui et son sourire amusée, toute chaude ou plutôt rouge du fait de ce qu'il venais de faire était plus que gênantes pourtant il m'attirait de plus en plus vers lui et une envie de l'embrasser allait surgir. Me demandant depuis quand j'étais à ses filets, mais c'est quoi cette question ? Depuis le début, bien sur. Son odeur tout autour de la chambre envahissant tout mon corps comme mon âme et n'oubliant pas son visage et son torse dénudé devant moi, j'étais en total sous charme de Lelouch.

Toujours avec ce sourire, ses mains se posèrent, oui mes où ? Sur mes épaules, qu'elle était son but ? Me tirer contre lui ? Non c'était lui qui venait à moi me poser ses douces lèvres sur les miennes. Attends ! j'avais encore ce morceau du gâteau dans la bouche ! En parlant de la bouche, quelque chose voulait entrée dans ma bouche, ne me dites pas que... c'était la langue de Lelouch, sans y résister, je le laissais entrer. Une sensation tellement bizarre, que ma respiration semblait dure à passer, se produit dans ma bouche surtout que je n'avais pas encore avaler le gâteau, mais trop tard, grâce à sa langue, Lelouch me pris le morceau de gâteau dans ma bouche, l'avait-il avalé ? je sais pas mais juste après je ne le sentis pas dans sa bouche. C'était un baiser langoureux et ça me faisait toute bizarre pourtant j'étais heureuse. Je sentais aussi sa main se balader autour de mes fils qui étaient mes cheveux. Je ne bougeais pas, juste je posa une de mes mains sur sa main libre. Ce moment semblait interminable ou même s'était totalement arrêté. Sans que je le veuille, il se retira, ses lèvres et sa langue. Mais je ne regrettais pas car malgré tout ça, il me dit d'un voix toujours aussi tendre avec lui.

« Je t'aime Gumi... J.. Je ne veux pas te perdre... Jamais... »

Toujours touché par ses mots, ses gestes j'étais bien aux anges ~ Je ne pouvais plus le lâcher, je voulais rester avec lui, toujours, je ne le quitterai pas, non jamais. Il m'avait pris mes mains, les emprisonna aux siens, il ne voulais plus que je lui échappe, mais je ne voulais pas lui échapper, non je veux moi aussi le posséder, comme lui me possède tout entier. Juste après son magnifique sourire me destinant, il s'allongea Toujours j'étais étonné de ces gestes, je ne comprenais pas vraiment ce que je devais faire, dois-je continuer le jeu d'un repas partager ? Il me sourit tout en rougissant, moi auprès de lui, je rougissais toujours et je m'allongea donc sur lui, tout en prenant le gâteau auquel je voulais partager avec Lelouch, mais je n'ai plus d'idée de comment faire partager ce gâteau.. Gênée alors que c'étais son idée, je m'approchais seulement de lui et mis le gâteau à la bouche, pour y voir sa réaction et comme de cela va se passer.


HRP : Désolée c'est minable ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Sam 9 Juin - 12:05

Que de bonheur. La demoiselle me rendait heureux pour sûr. Je ne savais plus trop quoi faire. Avant de tournais en rond à rien faire, cherchant l'amour et là... Je l'avais trouvé. La demoiselle répondait à mes attentes, elle m'aimait aussi. Bien que je sentais la peur en elle. Je voyais qu'elle ne voulait pas me perdre. Nous étions tout deux sérieux l'un envers l'autre. Je ne savais pas, mais au fond, je l'aimais avec un petit plus. Je ne décrivais pas quoi, je ne pouvais l'expliquer. Au fond, sûrement étais-ce sa voix qui faisait que. Je ne pipais mots, l'embrassant pour la énième fois. Nos lèvres s'appréciant. Nous étions tout deux si bien ensemble. Nos sourire étaient complémentaires, nos coeur de même... Doucement, nous nous allongeâmes puis elle me mis le gâteaux dans la bouche, sans nul gêne. Je lui souris pour alors le manger doucement, acceptant son cadeau. Mon regard positionné dans le sien, je ne la lâchais pas du regard. Nous étions immobile désormais, mon regard cristallisé dans le mien. Je lui susurrais.

«  Que veux tu faire ? Désires tu dormir ? Ou alors rester là ? Dans mes bras ? Toute la nuit, ensemble ? »

Une invitation pour rester là toute la nuit. Rien de plus simple. Au fond, je ne désirais que ça. Sentir sa chaleur, sa peau contre la mienne. Je ne désirais pas d'actes charnels, mais juste la sentir contre moi, tranquillement et fatalement. Souriant je lui caressais la joue pour alors embrasser son cou, sa nuque, je la dévorais entièrement. La demoiselle avait si bon goût... Sans rien dire, je la collais contre moi, mon coeur battant la chamade. Je ne savais plus réfléchir comme avant. Je l'aimais comme un fou, comme un soldat... Je rougissais encore et encore, mais là... Je sentais une chose caresser mon âme. Un sentiment qui se révélait. Souriant comme toujours, j'ajoutais.

«  Je voudrais t'avoir près de moi toute la nuit.... Toute ma vie... »


Ma main posé sur son ventre, je me faisais doux. Sans rien ajouter je caressais son ventre ma main passant sous son haut. J'hésitais ne sachant pas comment elle allait réagir mais bon. Je voulais doucement la tenter. Je voulais caresser son corps sans aller dans le côté extrême de la chose. Allait-elle apprécier ? Son ventre, son bas du dos, son dos, tout aller y passer, enfin presque bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Jeu 21 Juin - 6:10



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Ah ~ Trop mignon ~ Et dire que c'est lui mon homme. Que j'ai du bol, jamais, mais bien jamais, je ne le laisserai me quitter pour une autre, il me faut me battre dans se monde, où les filles peut-être bien plus belles que moi... Et je me rabaisse là !? Non, non Gumi, détends toi en regardant, ton Lelouch. Il fait quoi là en fait ? Un gâteau sur sa bouche, que je venais de lui donner, l'avais tout doucement mangé en laissant un sourire des plus virils. Je ne pouvais que sourire de même à cette vue imprenable de celui que j'aime. Tout en rougissant gêné qu'il me regardait avec autant de charme, lui et ses yeux d'un violets profonds, mais pourtant je ne pouvais moi même pas le quitter des yeux.

Je ne voulais plus faire des petits jeux avec lui et la nourriture même s'il restait des gâteaux, mais ma faim s'est estomper, car ses caresses, ses baisers, être avec lui, m'avait suffit à me nourrir. Surtout que c'est avec sa cuisine que je me suis nourri. Non maintenant ce que je voulais ce n'était que de rester dans ses bras, toute la nuit, même plus, je souhaite être dans ses bras, toute ma vie. Si j'avais une prière à faire à celui que tout les humains appellent "Dieu", ça serai que faites en sorte que ce moment dure jusqu'à la vie, que je ne le quitte jamais et que lui de même. C'était tout ce que je voulais, pouvoir arrêter le temps.

Comme chaque fois qu'il prenait parole, sa voix grave, mais envoûtant à entendre, me faisait descendre sur terre, à nos c'est vrai j'étais déjà sur terre, mais dans un tout autre paradis que celui du ciel. Cette voix grave venant de mon bien aimé, me susurra quelques mots.

« Que veux tu faire ? Désires tu dormir ? Ou alors rester là ? Dans mes bras ? Toute la nuit, ensemble ? »

Tiens lui aussi pensais comme moi ? J'en sortis un petit rire, qui montre mon étonnement comme peut-être aussi la coïncidence. Pourtant au fond de moi j'étais heureuse de voir que lui aussi pensais à moi, bah cela pourrais être logique, vu qu'il me regarde, et pourtant ces pensées devrais être surement sincère. Heureuse, que c'était lui qui avait apparu ce jour là. Oui j'étais heureuse de l'avoir rencontrer. Laissant un tendre baiser au garçon, je m'empressais de lui répondre à ses questions.

« Je pensais la même chose justement, et tu sais ce qui me ferais plaisir ? Plus rien, tu m'as déjà donner heureuse à rester auprès de toi. Je voudrais rester... dans tes bras. »

Confiante en mes premiers mots et gênée sur mes derniers mots, mais attendait-il au moins cette réponse ? Pourtant l'envie de rester à ses côtés ne s'estompait pas, il augmente de minutes en minutes. L'avait-il compris ? Son sourire fixé sur les lèvres veut dire oui ? J'en étais bel et bien heureuse, mais bizarrement je sentais quelque chose en lui qui allait changer nos moments. Qu'est ce que c'était ? De lui, tout m'est incalculable, surtout ses gestes.

Tiens voilà qu'il commença ses gestes incalculables, non ce n'est pas que je n'aimais pas ça, bien au contraire même, il me rendait heureuse, lui et ses gestes.
Commençant tout doucement avec ses caresses sur ma joue, à peine pour me faire autant d'effets, bref je rougissais à son geste. Et il vint m'embrasser, non pas sur mes lèvres cette fois, c'étais bien plus bas. Lelouch allait me dévorer, je le sentais bien en ses baisers sur ma nuque, qui me gênait, mais me faisais fondre dans ses bras. Des mots sortis de ma bouche, faisant partie de ce visage rouge.

«Le..louch… Je… T’aime. »

Je ne pouvais le repousser ou quoi que soit d'autre, j'étais totalement à sa merci. Et puis nos corps se collaient bien plus qu'elles ne l'étaient. J'étais si bien, j'entendais ses battements de cœur qui n'a cessé de battre de plus en plus fort. Exactement comme le mien. Il était devenu en quelques temps de plus en plus attirant avec ses gestes tendres qu'improviser. Et il m'offrait tous cette petite folie, je ne pouvais que les accepter et le laisser me charmer à sa guise. Puis vint des mots sortant de sa bouche, qui me disait :

« Je voudrais t'avoir près de moi toute la nuit.... Toute ma vie... »

Je souhaitais moi de même la même chose et il le sait surement bien. Ses gestes de caresses improvisées comme incalculable continuaient. Je n’avais senti sa main sur mon ventre. Mais quand celui-ci se mit sous mon haut, je le sentais, lui qui était chaude. J’étais gêné certes, mais j’aimais vraiment ses gestes sur mon corps. Puis après un instant d’arrêt, je le sentais qui était entrain de faire une petite balade de tout mon haut, comme j’avais confiance en lui, il ne passa pas par la poitrine, il l’avait contourné. Toujours autant gêné, mes yeux étaient pourtant fermés à cause de cette gêne, mais il n’avait pu s’empêcher de le regarder, mon corps collé au sien et ses magnifiques yeux. Je ne savais plus quoi faire suite à cela. Pourtant j’aimais ça, devais-je en redemander ? Soit, je vais redemander. Mon corps s’est encore rapprocher du sien, pour pouvoir poser mes lèvres sur ses douces lèvres. Mais en faisant cela, sa main avait dérivé sur ma poitrine. Qu’importe, j’avais une folle envie de l’embrasser. Quand nos lèvres se sont collées, je posai doucement mes bras autour de son cou. Devenais-je folle ? J’étais déjà folle… folle de lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Lelouch Lamperouge
Human
Human
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 27/02/2012

Carte d’Élève
Âge: 18
Classe: Terminal
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Ven 13 Juil - 14:07

L'amour est une chose fantastique, je m'en rendais compte. Mais malgré ça, je repensais au passé. Je fermais les yeux imaginant le passé tel qu'il était.
Encore et encore, je revois le corps de ma soeur au sol. Je regardais alors la demoiselle, ne me doutant pas que mon amour est présente à cet instant, telle une cruauté du divin. Caché, impossible de l'entendre, tout est fait pour que nous souffrions. . Je prend ma soeur dans mes bras, ne rejouant pas la scène du passé... Je me contente de la bercer, lui disant mon amour fraternel dans une petite chanson. Lui sommant de fermer les yeux, puisqu'elle ne peux faire que ça. Des mots se faisant doucement entendre.

« Parce que je t'aime nii-kun... »


Dès lors, doucement, alors que des larmes perlent sur cette illusion amer, je sent le corps disparaître. Le décors change, tout est fait pour me faire craquer. La demoiselle aussi, puisque ça doit être une torture de me voir pleurer ou souffrir. Je voit le corps de ma défunte soeur, plus jeune qu'avant. Je regarde à travers une porte, semblant être dans une pièce caché. Devant, ma soeur à genoux, roué de coups, des mots fusant dans toute la pièce.

« Dit nous où il est... Il a cassé notre jouet en le faisant pas exprès mais c'est pas une raison pour qu'il parte en s'excusant que verbalement... »

« F...Fichez lui la paix... »
« TA GUEULE !!! »
« I... Il n'a rien fait de mal... »

Des coups partent encore, la demoiselle s'effondre au sol, un peu de sang coulant de sa bouche. Une fois de plus elle paie pour mes actes, voulant me protéger. Je sort alors de ma cachette involontaire puis la prend dans mes bras une fois de plus. La regardant, un remake encore une fois de la vérité. Elle me regarde comme ce jour là, souriant, qu'importe les bosses ou bleus qu'elle va avoir.

« Nee-chan... Pourquoi ? »

« Parce que je t'aime nii-kun... »

L'illusion disparaît, recommençant ce genre de scène plusieurs fois, une boucle sans fin. Puis au bout d'un instant, je reouvre les yeux, serrant un peu plus Gumi. Décidément, rêver éveiller est une chose que je fait trop souvent. Je soupire la serrant un peu plus, cachant ces larmes du passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gumi Megpoid
Vocaloid
Vocaloid
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 03/02/2012
Age : 19
Localisation : Dans un pensionnat pour des androids avec des humains bizarre :D

Carte d’Élève
Âge: 16 ans
Classe: Première
Relations du Personnage:

MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   Lun 29 Oct - 11:02



~Gumi Megpoid~
« Je t'aime » par milliers.


Fin à ce baiser magnifique et enviant, mes yeux avaient commencés à se fermer et mon esprit se dirigeait dans le monde du rêve. Mon corps lui n'avait pas bouger il était toujours devant Lelouch, allongé sur son lit paisiblement.

En fermant mes yeux, j'ai ouvert le monde des rêves… Ce monde où je ne vois que noir autour de moi, j'étais seule rien à faire, jusqu'à l'apparition d'une étoile ... Serais-ce vraiment une étoile ? Venant de cette étoile, une mélodie s'entendait de loin, je la reconnaîtrais entre mille, c'était ma musique, notre musique à Lelouch et moi. Pour y voir plus claire, même si c'était déjà beaucoup éclairer, je m'approchais de cette étoile mélodieuse.
Bien que je l'ai pensé ce n'était pas une étoile, c'était juste un chemin qui menait à une salle plus éclairer que se trou noir d'où je venais.
Je marchais toujours doucement vers cette salle, quand soudain la musique s’arrêta et changea par une musique plus effrayante, Je m’arrêtais, regardant tout autour s’il n’y avait pas de changement. Malheureusement si. Le sol dont je marchais se craquait, de la où j’arrivais, le sol tombait dans des flammes brûlants, c’était mauvais pour moi. Mes jambes tremblantes, commencèrent à courir, le plus vite possible, vers cette salle. Mais la distance était encore trop longue.

« Me… Gumi. »

Cette voix… familière venait de la salle éclairée, Oui c’était lui… Mon professeur. Mes jambes s’accéléraient de plus en plus, peur d’être tomber dans les flammes, comme le sol, mais aussi hâte de pouvoir rejoindre le professeur. Mais quand un craquement fit venant de la salle, comme un miroir, cette salle, ou plutôt l’entrée, se craqua en plusieurs verres.
L’espoir de rejoindre le professeur se craqua lui aussi par la suite. Mes jambes en feux comme mes poumons s’arrêtèrent. Et mon corps tombait dans ses flammes comme mes larmes tombèrent tout au long de mon visage.

« Professeur … »

C’était le dernier mot avant de tomber.
Et de me réveiller en sursaut dans la chambre de Lelouch comme toujours.
Rempli de sueur, mes poumons en feu comme si je venais vraiment de ce rêve, me faisait vraiment penser que j’y venais. Pourtant, la main de Lelouch, qui était lui aussi bien plus chaud que la mienne, me calma.

Les rayons de soleil éclaira son visage tout en le dérangeant son sommeil. Je me retournais donc pour qu’il évite ses rayons, tout en profitant la vue que j’avais devant moi. Celle de Lelouch endormi.
Ne pu s’empêcher de lui poser un baiser au front, je restais là sans bouger, ne voulant pas fuir comme cette autre soir à l’hôtel.


Excuse-moi du retard >___<


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Cobeni.Hanasaki
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Je t'aime » par milliers.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Je t'aime » par milliers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» Une musique que j'aime bien....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Renmei :: l'Academie Renmei :: Le Lycée :: Les Dortoirs :: Garçons :: Chambre n°3-